Fanny Mendelssohn

Compositrice allemande

© Wilhem Hensel, Kupfertichekabinett, Berlin
© Wilhem Hensel, Kupfertichekabinett, Berlin

Née à Hambourg le 14 novembre 1805, décédée le 14 mai 1847 à Berlin, à l’âge de 41 ans.


 

Fanny Hensel-Mendelssohn est la sœur de Felix Mendelssohn, ainsi talentueuse que lui, elle fût bridée dans ses aspirations pour l’unique raison qu’elle était femme.

 

Fanny Mendelssohn naît dans une famille de la haute bourgeoisie berlinoise amoureuse des arts. Fille aînée d’une fratrie de quatre enfants, elle a quatre ans de plus que Felix,  deuxième enfant et premier fils de la famille. Jusqu’à ses 15 ans Fanny, qui comme son frère a manifesté très jeune des talents musicaux exceptionnels, reçoit une éducation musicale poussée en piano et composition. Mais sa passion pour la musique est bridée  par son père qui, le 16 juillet 1820, lui écrit :

«Peut-être que la musique sera la profession de Felix, tandis que pour toi, elle ne peut être et ne doit être qu’un ornement {…} Cela t’honore de montrer ton bon cœur, ta raison et ta joie devant les applaudissements qu’il reçoit et que tu aurais mérité de même. Persévère dans ce sentiment et cette attitude, ils sont féminins et seule la féminité sied aux femmes.»

Cet interdit sera prolongé par celui de Felix qui après la mort de leur père défend à Fanny de publier sa musique. En 1829, elle épouse le peintre Wilhelm Hensel qui l’encourage et illustre certaine de ses partitions. Mais jusqu’en 1839, la seule possibilité qu’a Fanny de se produire en public sont les Sontagsmusik (concerts du dimanche) organisés au départ (en 1820) par la famille Mendelssohn, au sein de leur vaste demeure, pour diffuser la musique de Felix, ils sont le plus souvent dirigés et interprétés par Fanny et vont devenir un haut de rendez-vous de l’intelligentsia berlinoise. Mais Fanny Hensel-Mendelssohn se sent à l’étroit dans cette organisation et fait plusieurs dépressions. 

En 1839, Fanny Hensel-Mendelssohn son mari et leur fils Sebastian (appelé ainsi en l’honneur de Bach que les Mendelssohn ont largement contribué à faire redécouvrir) font un séjour d’un an en Italie, dont six mois à Rome. C’est un moment clé pour la compositrice, elle rencontre et impressionne plusieurs artistes, dont le jeune Gounot qui écrira à son sujet qu’elle était :

« … une musicienne hors ligne, pianiste remarquable, femme d’un esprit supérieur, petite, fluette, mais d’une énergie qui se devinait dans ses yeux profonds et dans son regard plein de feu. Elle était douée de facultés rares comme compositeur … ».

Quelques années plus tard, à 40 ans, elle décide, malgré Felix, de commencer à publier sa musique. Si la presse, dans le meilleur des cas, s’étonne « qu’une femelle puisse composer quelque chose d’audible », Robert Schumann loue ses compositions dans ses articles et dirige ses Gartenlieder.

Mais cette éclosion va être de courte durée. Alors qu’elle répétait son prochain concert, Fanny Hensel-Mendelssohn meurt le 14 mai 1847,  d’une crise d’apoplexie. Elle avait 41 ans. 

Six mois plus tard, Felix Mendelssohn est terrassé à son tour par le même mal congénital.

Wilhelm Hensel poursuivra durant le reste de sa vie la publication des œuvres des sa femme.

 

 

En savoir +

 

 

A écouter en ligne

A lire

A écouter