Elsa Triolet, Edith Thomas, Jeanne Bohec et Nancy Wake, 

Micheline Maurel, Charlotte Delbo

 

 

En compagnie d’autrices, parfois très connues, mais le plus souvent pas assez, Si/si, les femmes existent vous propose de découvrir différents aspects de la Résistance (presse clandestine, réseaux et mouvements, services secrets, internement et déportation). En faisant dialoguer histoire et littérature, la comédienne et conférencière gesticulante, Anne Monteil-Bauer, mettra en valeur le rôle des femmes dans la Résistance. 5 rendez-vous pour découvrir des femmes remarquables, élargir l’horizon de nos imaginaires et éclairer le présent.

 

La lecture des textes est suivie d'un échange avec le public qui peut être enrichi par la présence d'historiens et d'historiennes qui alimenteront le débat de leur expertise.

 

Durant la crise sanitaire, en partenariat avec le CHRD de Lyon qui devait accueillir ces rendez-vous, nous avons créé une version audio de chacune de ces propositions que vous pouvez écouter en podcast. Cependant, c'est dans un partage bien réel avec le public que nous espérons continuer à faire vivre ces lectures théâtralisées.

 

Les 5 épisodes forment un tout, mais chaque épisode se suffit à lui-même et peut-être représenté indépendamment.

 

On peut également en associer 2 ou 3 pour aborder des aspects différents de la Résistance ou de la littérature. On pourra ainsi s'intéresser particulièrement à la littérature et la presse clandestines en associant Elsa Triolet et Edith Thomas, à la littérature concentrationnaire en associant Micheline Maurel et Charlotte Delbo ou se demander comment la guerre bouscule les stéréotypes de genre en associant Une heure avec Jeanne Bohec et Nancy Wake (toutes les deux membres des services secrets anglais ou de ceux de la France Libre et toutes les deux parachutées en France pour des missions de résistance) et n'importe lequel des autres épisodes tant chacune a repoussé les limites qui lui étaient imposées.

 

 


# 1. " Ecrire était ma liberté, mon défi, mon luxe."

 

Elsa Triolet (1896-1970) est la première femme à obtenir le Prix Goncourt en 1945 pour Le premier accroc coûte 200 francs, recueil de nouvelles écrites dans la clandestinité, retraçant le quotidien de l’Occupation et de la Résistance en même temps que celui d’une artiste engagée qui ne peut pas ne pas écrire. Son parcours, intimement lié à celui de la vie de la presse clandestine, est aussi celui d’une intellectuelle qui se heurte à la difficulté d’exister à côté d’un « grand homme ».  

 

Textes extraits de : Le premier accroc coûte 200 francs, Lettres à Lili Brick, Les Lettres françaises - Extrait musical : Marie Jaëll Feuillet d'Album interprété par Cora Irsen © Klaus-Jurden Kamprad 2015

 

Lecture-causerie donnée en direct audio le 3 décembre sur le site du CHRD

suivie d’un échange avec Isabelle Doré-Rivé.

 

Régie son : Thierry Dalix 

Merci à Marie Dufaud dont les conseils sont toujours très précieux.

 

En replay ici


# 2. " Crier la vérité"

Une heure avec Edith Thomas

 

Edith Thomas (1909-1970), romancière, archiviste et journaliste, obtient le prix du premier roman en 1933. Anti-colonialiste, anti-fasciste, féministe, autrice de plusieurs reportages politiques, elle va devenir la cheville ouvrière du Comité National des écrivains et participer à plusieurs éditions clandestines durant la Résistance. Exigeante et entière, ses choix l’ont souvent mise à l’index, il est temps de la (re)découvrir.

 

Textes extraits de : Les Contes d’Auxois, Pages de journal 1939-1944, Le Témoin compromis 

Extraits musicaux : Thea Musgrave Excursions, Anna Marly Chant des partisans 

 

 

 

En direct audio depuis le Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation

 Lecture-causerie suivie d’un échange avec Isabelle Doré-Rivé, directrice du CHRD

 

Régie son : Thierry Dalix 

Merci à Marie Dufaud dont les conseils sont toujours très précieux. 

 

En replay ici 

 


# 3. "La guerre, aussi une affaire de femme"

Une heure avec Jeanne Bohec et Nancy Wake

 

Nancy Wake (1912-2011) australienne excentrique, amoureuse de la France, aventurière d’un courage et d’une audace extraordinaire et Jeanne Bohec (1919-2010) jeune chimiste bretonne s’engagent dès les premières heures de la Résistance et vont rejoindre l’une les services secrets britanniques (SOE), l’autre les services secrets de la France Libre (BCRA). Ni l’une, ni l’autre ne sont écrivaines, mais chacune a laissé un récit passionnant de son expérience et avec elles, nous verrons à quel point la guerre est aussi une affaire de femmes. 

 

Textes extraits de : La Gestapo m’appelait la souris blanche et La plastiqueuse à bicyclette 

Musiques : Midnight Stomp et Down in Gallion de Mary Lou Williams

 

 Lecture-causerie suivie d’un échange avec Isabelle Doré-Rivé, directrice du CHRD

 

Régie son : Thierry Dalix 

Merci à Marie Dufaud dont les conseils sont toujours très précieux.                   

 

           En replay ici 


# 4 - Ravensbrück, numéro 22 410

Une heure avec Micheline Maurel

 

Micheline Maurel (1916-2009), écrivaine et traductrice, prépare l’agrégation de Lettres à Lyon quand  la guerre éclate. Elle entre dans la Résistance dès l'été 1940. Arrêtée par la Gestapo le 19 juin 1943, elle est déportée le 29 août à Ravensbrück. Elle parvient à rapporter des poèmes écrits durant sa déportation et publie un récit de captivité sans concession d’une grande puissance littéraire. Avec Micheline Maurel, nous entamerons la première étape d’un terrible voyage, sublimé dans la poésie, qui nous mènera sur les traces de résistantes déportées.

 

 

Textes extraits de : Un camps très ordinaireLa Passion selon Ravensbrück, Danse au bord du précipice.

Musiques : Tisichilasy Sbor Docasne Mrtvych - Neviditelnych zen z Ravensbruckych et Pisen de Ludmilla PescarovaLe lac des cygnes de Piotr Ilitch Tchaïkovski, La Passion selon Saint Mathieu de Jean-Sébastien Bach.

 

 

Lecture-causerie suivie d’un échange avec Isabelle Doré-Rivé, directrice du CHRD

Régie son : Thierry Dalix 

Merci à Marie Dufaud dont les conseils sont toujours très précieux.                   

 

           En replay  ici              

                                                                                                            


# 5 - Auschwitz et après

Une heure avec Charlotte Delbo

 

Charlotte Delbo (1913-1985) est l’assistante et secrétaire du grand homme de théâtre Louis Jouvet quand la guerre éclate. Elle le suit dans sa tournée en Amérique du Sud, mais décide en 1941 de rentrer en France pour rejoindre la Résistance. Arrêtée, elle est déportée à Auschwitz le 24 janvier 1943 avec 230 femmes presque toutes résistantes, dont seules 49 survivront. Charlotte Delbo a non seulement voulu témoigner de ce qu’était Auschwitz, mais aussi, s’opposant à l’idée qu’on ne pouvait plus écrire après Auschwitz, faire de son récit une œuvre littéraire.

 

Textes extraits de : 

Le convoi du 24 janvier et Auschwitz et après tomes 1,2,3-

Musiques :

Ouvrage de dames VI et Avis d'Elsa BarraineL'Eté d'Antonio Vivaldi.

 

 

Lecture-causerie suivie d’un échange avec Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe au maire de Lyon en charge de la Culture

et Isabelle Doré-Rivé, directrice du CHRD

Régie son : Thierry Dalix 

Merci à Marie Dufaud dont les conseils sont toujours très précieux.                   

 

                                                                                     En replay  ici                                                                                       

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les femmes se sont battues dans cette guerre pour la dignité de l'homme, pour que l'homme n'est pas à vivre à genoux… Il est clair qu'il ne s'agit pas de l'homme au masculin seulement. Pourtant… c'est à se demander si la dignité de l'homme signifie la même chose que la dignité de la femme. Et si le grand nombre ne veut pas, consciemment ou inconsciemment, cantonner la dignité de la femme dans ce qu'elle a de spécifiquement féminin : la dignité de la mère, de l'épouse… "La dignité de l'homme" chez la femme, la dignité de l'être humain est, comme pour l'homme, dans sa liberté, son indépendance, son droit au travail, ses droits et devoirs de citoyen, de citoyenne."

Elsa Triolet

La Dignité de la femme

in Les Lettres françaises

8 mars1948