Georgia O'Keeffe

Peintre américaine

© Alfred Stieglizt (1918)
© Alfred Stieglizt (1918)

Née le 15 novembre 1887 à Sun Prairie (Wisconcin), décédée le 6 mars 1986 à Santa Fe (Nouveau Mexique), à l'âge de 98 ans.


Georgia O'Keeffe est une icône aux Etats-Unis, mais elle est peu connue en France.

Elle se dirige très tôt vers la peinture, mais se sentant à l'étroit dans le classicisme de la formation qu'elle reçoit, elle cesse de peindre pendant quatre ans. Elle retrouve l'inspiration en s'engageant sur la voie de l'abstraction qu'elle développe de façon très personnelle en y mêlant des formes figuratives, souvent sous la forme de gros plans. En 1924, elle épouse le photographe et galeriste Alfred Stieglitz, de 23 ans son aîné. Ils s'inspirent et se soutiennent, Stieglitz fera plus de 350 portraits de Georgia O'Keeffe, et elle s'inspira de la photographie dans son œuvre new yorkaise. Mais dans les années 1930, le couple commence à battre de l'aile et Georgia O'Keeffe a besoin d'air. Elle se rend au Nouveau Mexique, c'est une révélation ; la lumière et les paysages de cette région aride et désertique inspireront le reste de son œuvre. Elle y séjourne d'abord quelques mois par an, puis en 1949 après avoir réglé la succession d'Alfred Stieglitz mort en 1946, elle s'installe définitivement à Albuquiù dans son Ghost Ranch où on peut aujourd'hui visiter son atelier. Femme indépendante au caractère fort, sa grande source d'inspiration fut la nature. On a beaucoup fait de ses fleurs une lecture freudienne, leur attribuant une symbolique sexuelle, mais Georgia O'Keeffe s'est toujours défendue de cette interprétation. Elle voulait qu'en regardant ses tableaux on passe du temps à observer la nature et qu'on éprouve ce qu'elle comporte d'abstrait et de méditatif. Elle disait : "Il faut être courageux pour être peintre. Moi, j'ai toujours eu l'impression de vivre sur le fil d'une lame de couteau."

 

En savoir +

 

 

A voir en ligne

« La couleur est l’une des grandes choses de ce monde qui fait que la vie vaut pour moi la peine d’être vécue…"

 

Georgia O'Keeffe, Correspondance (1950)

Petunias (1924) Georgia O'Keeffe © Flick

A lire